Give us a like and we'll keep you in the loop.

We use cookies

We use cookies and other tracking technologies to improve your browsing experience on our website, to show you personalized content and targeted ads, to analyze our website traffic, and to understand where our visitors are coming from. By browsing our website, you consent to our use of cookies and other tracking technologies.
International, independent, e-magazine on skydiving, BASE & tunnel

WS Progression 2: Les sorties

Le second article d'une série de 4, écrits par Matt Gerdes et Taya Weiss. Le premier article, sur le premier cours de vol, peut être trouvé ici. Cet article-ci couvre les sorties WS. Tout d'abord, l'ordre de sortie et certaines choses contre-intuitives à prendre en compte avec des groupes différents. Deuxièmement, la technique de sortie, quelque chose que beaucoup de pilotes expérimentés effectuent encore mal et qui constituent une source de stress sur les DZ en termes de collision avec la queue de l’avion (tailstrike).

Eviter l’empennage horizontal lors de la sortie est la priorité ! ! — by Next Level
Eviter l’empennage horizontal lors de la sortie est la priorité ! ! — by Next Level

Ordre de sortie en wingsuit

Certaines DZ peuvent avoir leurs propres règles spéciales pour des raisons particulières. Néanmoins, le consensus parmi les pros de la WS est qu'il n'y a presque aucune exception à cette règle: les Wingsuits sortent en dernier. Free-flyers, chuteurs à plat, tandems, etc … tout cela a du sens, non ? Mais qu'en est-il de ceux qui ouvrent haut?



Étant donné que cela semble être la seule source commune de confusion à propos de l'ordre de sortie et des wingsuits, disons ceci:

Tout d'abord, nous planifions l'ordre de sortie pour une bonne exécution du plan de chaque groupe. C'est la même chose pour les wingsuits et les « high-pullers ». Les Wingsuits sortent en dernier, en raison de leur faible vitesse verticale et de leur grande capacité de vol horizontal. Il est très facile pour une wingsuit de sortir et de rester sous et proche de l’appareil pendant plusieurs secondes.

Si un « high puller » tire « dès la sortie de l’avion » et veut donc toujours sortir en dernier, il se peut qu’il ne comprenne pas qu’il y a encore de fortes chances que son ouverture se poursuive directement sur la trajectoire de vol d’une wingsuit. Et si le « high-puller » sort en dernier et prend même un délai un peu plus long que ce qu’il a annoncé, il pourrait passer comme un boulet de canon au début de la trajectoire d’une wingsuit puis devenir un dangereux obstacle sous parachute pour les wingsuiters de son avion, même s'il y a plusieurs passages.

Si un « high puller » est préoccupé par le fait que les wingsuits ratent leur sortie et redescendant l’axe de largage, alors, comme pour tout conflit potentiel sur un load, la meilleure chose que tout le monde puisse faire est de suivre son plan. Comme les flyers verticaux s'engagent à exécuter un saut vertical, les « high pullers » doivent réellement exécuter leur ouverture haute à l'altitude indiquée. Et les wingsuits doivent suivre le plan prévu à l'intérieur des couloirs établis. Avec une séparation de sortie adéquate, il est extrêmement difficile pour une wingsuit de sortir, de compléter un 180 et d'entrer en collision avec un parachute normalement chargé. Le scénario le plus probable est que les wingsuits sortent puis volent conformément au circuit briefé, avec un taux de chute plus important, elles se trouveront bien en dessous des « high-pullers » avant même d’avoir des trajectoires conflictuelles.


Une exception raisonnable serait les CRW expérimentés sortant avec un décalage suffisamment grand (étalement à la sortie) pour créer une distance entre eux et les wingsuits. Cependant, en bref, les chances de collision entre des wingsuits et des « high pullers » sont les plus faibles lorsque les wingsuits sortent en dernier, avec une séparation de sortie normale.

by Next Level
by Next Level

Plusieurs passages

Le fait qu’un passage supplémentaire devienne nécessaire ou recommandé dépend de l'espace aérien disponible sur votre DZ, du nombre de groupes de wingsuit et de tracker dans l'avion. Si votre DZ a deux voies de vol établies et, espérons-le, deux “zones” d'ouverture de parachute (une zone d'ouverture pour chaque voie et groupe), il ne devrait y avoir que deux groupes par passage. Il y a très peu de DZ sur terre où plus de trois groupes peuvent sortir et voler en toute sécurité vers la DZ.



Organisez les groupes de wingsuit à chaque passage en termes de vitesse verticale – le bon sens nous dit d'abord les petites wingsuits puis celles de grandes tailles, mais ne supposez jamais que les grandes wingsuits voleront lentement. Suivant l’exercice du jour, un wingsuiteur qui voudra travailler la vitesse devra sortir avant les petites wingsuit car son taux de chute sera plus important.

Regardons un exemple possible, qui est étonnamment commun sur les dropzones avec de nombreux «wingsuiters» expérimentés:


Une load en Twin Ottter s’inscrit au Manifeste avec onze wingsuiters en quatre groupes. Dans l’avion, il y a aussi un 4-way, trois freeflyers, un AFF niveau 6 et un tandem. Wow, un avion bien rempli. Sûr et certain que ces wingsuits pourraient rouspéter : il manque un siège. Quelqu'un s'assoit à l’avant ? Hey Todd Davis voudrais-tu s'il te plaît arrêter de respirer? Merci. Indépendamment du nombre de passes qu'il y aura et il semble qu'il devrait y en avoir au moins deux, les wingsuits sortiront en dernier.

1er passage



Les parachutistes qui ne sont pas en wingsuit sortent normalement, avec le tandem en dernier.
Les quatre groupes de wingsuit sont divisés comme ceci et placés dans l'ordre inverse:



WS Groupe 1: Un 2-way composé d'un débutant en wingsuit et de son coach, tous deux en petite wingsuit. Ils voleront à l'intérieur de la “Wingsuit Lane 1” établie par la DZ et sortiront au premier passage en premier (après le tandem et après avoir vérifié leur position et la position de l’avion). Le duo ouvrira ses parachutes dans la zone d’ouverture prévue pour la piste 1.



WS Groupe 2: Un 5-way en petites wingsuits prévoyant de voler en formation. Ils resteront dans la “Wingsuit Lane 2” établie par la DZ et donneront à l’élève et à son instructeur un large espace de vol.

2ème passage

WS Groupe 3: Un 2-way volant en moyenne et grande wingsuits à une vitesse normale. Ils commenceront leur saut à l’intérieur de la voie 1 et effectueront une séparation à une altitude suffisante pour ouvrir leurs parachutes dans la zone prévue.



WS Groupe 4: Grandes wingsuits en 2-way, volant à une vitesse verticale normale et ayant l'intention de rester dans la “Wingsuit Lane 2” et ouvrant dans la zone prévue pour les couloirs de la voie 2.



Que se passe-t-il si Scotty Bob ou Carlos Pedro Briceno sont dans l’avion et veulent faire un vol à angle prononcé ? Une discussion avant l’embarquement devrait révéler le fait que ce n’est peut-être pas le meilleur load pour planifier ce style de saut car il sera difficile de l’ajouter sans risque de conflit. Même s’ils sortent d’abord lors du deuxième passage, leur vitesse verticale élevée risque de les rendre proches des groupes du premier passage. S'ils sortent en premier au premier passage, il y a une chance qu'ils interagissent avec le tandem à moins qu'ils ne prévoient cela et qu'ils commencent leur saut avec un plan de transit, augmentant leur séparation mais aussi leur altitude, ce que la plupart des paras ne veulent pas faire et cela aura tendance à tourner court. Ne soyez pas si attaché à vos désirs qui mettraient en danger d'autres personnes du load et essayez de communiquer avec votre manifeste et les autres paras de la DZ au sujet de vos plans avant de vous équiper.

Rappelez-vous : N'ayez pas peur de déplacer des groupes dans des avions différents. Prévenez les conflits potentiels en discutant des plans de vol avant de vous avionner.
Les plans et conditions spécifiques de chaque groupe et saut doivent être pesés afin de déterminer l’utilisation et les limites de l'espace aérien disponible. Certains loads ne peuvent comporter qu'un seul groupe de wingsuits si la composition, les plans et / ou la taille du groupe nécessitent une utilisation flexible de l'espace aérien (par exemple, un groupe dynamique très expérimenté avec beaucoup de virages et de transitions). D'autres restrictions sur le nombre de groupes par load peuvent être dictées par les vents en altitude, des chuteurs à ouverture élevée sur des loads identiques ou proches, des sauts multiples, etc. Résultat: il n'y a peut-être pas de place dans ce load pour vous ou votre groupe. Déterminez-le et inscrivez-vous au Manifester de manière appropriée.



NOTE: L'avion et le pilote



Que vous sautiez sur une grande ou petite DZ, il est primordial de parler à quiconque est responsable de la coordination des sauts pour wingsuit. Il y a une variété de facteurs en jeu, et ce n'est pas aussi simple que de réduire la vitesse d’un avion. Les réglages de puissance, l’assiette de l’avion, et son taux de descente entrent tous en jeu. Cela vaut la peine d'apprendre. Pour plus d'informations, voir: http://vimeo.com/flysquirrel/tails

Une sortie tranche arrière est le plus sécurisant — by Juan Mayer
Une sortie tranche arrière est le plus sécurisant — by Juan Mayer

Sortir de l'avion: penser au vent relatif



Les sorties en wingsuit concernent tout d'abord la queue de l'avion. La stabilité, la navigation et une approche réussie du groupe sont les priorités suivantes. Avant de sortir, vous devriez penser à (dans l'ordre) la queue, votre stabilité par rapport au groupe et enfin votre propre stabilité. Veuillez noter que votre stabilité personnelle est la troisième priorité ici - il est plus important de ne pas provoquer un accident d'avion ou une collision en vol que d'avoir une sortie confortable et stable.

Il est plus important de ne pas provoquer un accident d'avion ou une collision en vol que d'avoir une sortie confortable et stable

La plupart des discussions concernant la position de sortie appropriée se concentrent autour de la surface de vos bras et de vos ailes, ce qui est important. Mais à mesure que les wingsuits ont évolué, les nouveaux profils ont des ailes de bras de plus grandes tailles, et il devient de plus en plus difficile de « fermer » ces ailes de bras au moment de la sortie. Cela signifie que nos bonnes habitudes doivent évoluer “au-delà de la fermeture” et inclure l’angle d’attaque (AoA) par rapport au vent relatif et du souffle hélice.

En sortant de l'avion, soyez conscient du fait que plus votre angle d’attaque (AoA) est élevé, plus vous serez « porté » vers le haut et « trainé » vers l'arrière, dans la direction de la queue. En particulier avec les wingsuits intermédiaires et avancées, fermer les ailes + un faible angle d’attaque est important. Pensez à la façon dont un pingouin se glisse dans l'eau et imaginez-vous en train de glisser la tête la première dans le vent relatif plutôt que flotter contre lui.

Au moment de la sortie, présentez le minimum de surface…Pas comme sur cette photo !!!!!
Au moment de la sortie, présentez le minimum de surface…Pas comme sur cette photo !!!!!

Une sortie avec l’angle d’attaque appropriée et la surface minimale présentée au vent relatif (ailes de bras et de jambes réellement et correctement fermées) ne risque pas de provoquer un heurt de la queue ou une sortie instable. En prime, vous volerez plus tôt et rejoindrez donc la formation plus tôt.

Avec un vent relatif plus fort (vitesse plus élevée ou souffle moteur plus grand), ou avec un avion à plan fixe plus bas, cette sortie aurait pu être désastreuse. — by Lesley Gale
Avec un vent relatif plus fort (vitesse plus élevée ou souffle moteur plus grand), ou avec un avion à plan fixe plus bas, cette sortie aurait pu être désastreuse. — by Lesley Gale

Exercices d’imagination :

  1. Sauter dans le vent : imaginez-vous entrain de marcher contre des vents extrêmement forts. Comment vous positionneriez-vous pour y faire face ? Est-ce que vous ouvririez les bras et lèveriez la tête, en affrontant les vents avec la poitrine ? Ou vous pencheriez-vous en avant, poussant le haut de votre tête dans le souffle du vent ? Cette dernière position est correcte et c’est ainsi que nous devrions nous approcher du vent relatif et du souffle de l’hélice dus à la sortie de l’appareil: la tête en premier, le haut de la tête poussant dans le courant, en s’appuyant contre elle.
  2. Pousser dans les vagues: Imaginez-vous en train de plonger dans les vagues de l'océan. La technique consiste à pousser la tête dans les vagues en se préparant à l'attaque de l'écoulement des fluides. L'air et l'eau sont les mêmes - ne laissez pas les vagues vous ramener dans la queue de l'avion.
  3. Pingouin plongeur: Pensez à un pingouin plongeant dans des eaux peu profondes, la tête la première, parallèle à la surface.



NB - Nous ne sautons PAS de l'avion ! Nous plongeons et descendons !

Erreurs courantes



Ouverture des ailes de bras trop tôt


Si vous ne savez pas où sont vos mains, les ailes de votre bras pourraient être ouvertes. Chaque instructeur a une technique différente mais la plupart d'entre elles impliquent un exercice pour augmenter la prise de conscience de la position de votre bras. Si vous sentez que vos mains agrippent une autre partie de votre wingsuit dans une posture fermée, alors vous risquez moins de commettre une erreur de proprioception ou de conscience de position, ce qui peut entraîner le fait d’avoir une aile ouverte.




Perte de conscience de la queue de l'avion


Si vous ne pouvez pas voir la queue de l’avion, il se peut que vous ne l’ayez pas dépassée: les avis varient mais la plupart des conseils incluent une formation à la prise de conscience de l’avion. Si vous vous êtes déjà fait peur avec un passage trop proche de la queue, ou si vous voulez travailler vos sorties, pensez à regarder le passage de la queue de l’avion au-dessus de vous - maintenez une bonne posture et un angle d’attaque jusqu'à ce que la queue vous dépasse.

Sauter vers le haut


Ne le faite pas ! Une bonne sortie en wingsuit ne consiste jamais à sauter vers le haut. Il n'y a jamais de raison de sauter par la porte vers le haut. Sortez et plongez, le cas échéant. Si vous éprouvez de la difficulté avec cela, imaginez ce que cela fait de mettre votre main sur une clôture basse et de balancer vos jambes par-dessus. En position basse, posez votre main droite (s'il s'agit d'une porte latérale gauche) sur le seuil de la porte et balancez vos jambes en même temps que vous sortez, le haut de votre tête (et l'axe de la colonne vertébrale) dirigé vers le vent relatif. Cela devrait garder votre torse au même niveau dans le vent relatif et empêcher toute tendance à remonter.



Perte de conscience des paramètres de vol de l'avion


Essayez de vous rappeler à quoi ressemble une sortie correcte. Vérifiez-les avant de sortir. Cela varie en fonction du type d'aéronef mais, en général, la puissance de la turbine doit être réduite / coupée, les volets doivent être au moins partiellement sortis (cela varie selon l'aéronef), la vitesse doit être réduite, le pilote de l’avion doit être conscient qu’une wingsuit est prête à sortir.

Check List



Avant de sortir, effectuez une vérification rapide:

  1. Paramètres de l'avion
  2. Spot (position de la DZ)
  3. Soyez un pingouin
  4. Plongez et descendez
  5. Attention à la queue de l’avion
  6. Rejointe de la formation.

Écrivez-le sur votre main, si besoin est !

Wingsuit Progression Series

Cet article fait partie d'une série de 4 articles de Matt Gerdes et Taya Weiss - traduits par Thibaut Westof et Pascal Intini. Voici des liens vers les autres articles:

#1 – Votre FFC (First Flight Course) - précédent article - ici

#2 – Les sorties d'avion - cette article - ici

#3 – Un saut en wingsuit du début à la fin - prochaine article – ici

#4 – Faire en sorte de revenir vivant – dernier article – ici

This article was originally published on @lesleygale

advertisement

advertisement